Sport, santé et performance, le blog du Dr Fabrice Kuhn

  Les secrets d'un médecin qui pratique le triathlon ironman, le marathon et l'ultratrail et qui a écrit Paléofit, pour booster vos performances

Par Fabrice Kuhn

Se rincer la bouche avec de l'eau salée, une bonne idée ?

Se rincer la bouche avec de l'eau salée, une bonne idée ?

Une étude a évalué les effets du rinçage de bouche avec du sel sur les performances en endurance. Détails.

Dans une série d'articles, je vous avais déjà parlé des bénéfices du rinçage de bouche pour la performance en endurance. Le plus connu et le plus étudié est le rinçage de bouche avec des glucides. Il suffit de quelques secondes pour améliorer les performances. Cela se ferait via les récepteurs buccaux aux glucides (et non pas au goût sucré) qui activerait le cortex cérébral. En réponse, le cortex cérébral stimule les muscles.

Pour simplifier cela on pourrait imaginer que les récepteurs buccaux passent le signal « c’est bon on va avoir du glucose pour les efforts à venir » au cerveau. Le cerveau se dit « ok, je peux libérer les muscles de leurs freins et accélérer ». Cela se traduit directement sur l’effort. L’intérêt est de limiter les troubles digestifs puisque qu’il n’y a pas de glucides à digérer. L’effet est assez rapide. C’est intéressant avant l’arrivée d’une course ou sur une compétition brève.

Bien entendu, il ne faut pas utiliser uniquement cette stratégie sur un effort long (marathon ou ironman par exemple) car on tomberait alors vraiment à court de glucides ! 

Le rinçage de bouche peut être intéressant, aussi, avec de la menthe notamment quand il fait chaud. Le rinçage de bouche à la caféine peut aussi être intéressant.

Une petite étude récente s'est penchée sur le rinçage de bouche au chlorure de sodium (alias le sel). Il existe des récepteurs au sel dans la bouche et ceux-ci peuvent envoyer des signaux au cerveau.

Pour cela les chercheurs ont analysé l'impact du rinçage de bouche avec trois solutions différentes (eau, solution glucosée à 6% et solution saline à 6%) sur les performances musculaires après 30 min de vélo à 70% de VO2max. Il avait été montré, auparavant, que 30 min de vélo suffisaient pour percevoir l'impact positif du rinçage de bouche aux glucides et que cet effort réalisé à 70% de la VO2max suffisait pour voir une baisse de la force musculaire.

Cette étude, bien que de faible puissance en raison du faible échantillon (dix sportifs) et du risque de biais en raison d'une différence de goût notable entre les trois solutions, suggère l'impact bénéfique du rinçage de bouche avec une solution saline.

La force maximale et la force tenue durant 90 secondes avaient été mesurées chez ces dix sportifs avant et après 30 min de vélo à 70%. Durant les 30 min de vélo, les sportifs se rinçaient la bouche durant 5 secondes toutes les 10 min.

Force maximale

La force maximale avait baissée de façon significative lors du test avec rinçage de la bouche avec de l'eau pure rapport aux solutions glucosée et saline uniquement lors du test avec eau pure (128 N/m avant et 83 N/m pour le test avec de l'eau vs 134 N/m et 113 N/m pour la solution saline et 132 N/m et 109 N/m pour la solution glucosée). Il n'existait pas de différence significative entre la solution saline et la solution glucosée.

Solution Utilisée en Rinçage de Bouche

 

Force Maximale Avant

Force Maximale Après

Baisse de Force Significative

Solution saline

134 (N/m)

113 (N/m)

Non

Solution glucosée

132 (N/m)

109 (N/m)

Non

Eau (placebo)

128 (N/m)

83 (N/m)

Oui

 

La force soutenue durant 90 secondes

La force soutenue durant 90 secondes était elle aussi plus basse lors du test avec rinçage de bouche à l'eau comparativement avec les deux autres solutions. Encore une fois, aucune différence entre solution saline et solution glucosée n’était constatée.

Puissance soutenue durant les 30 min de vélo

La puissance maintenue durant les 30 min de cyclisme étaient similaires dans les trois conditions de test.

Cela pourrait avoir plusieurs implications :

Les résultats sont prometteurs.

C'est une bonne alternative car l'absence de glucose et de glucides permettrait de protéger les dents. Souvenez-vous que la teneur en sucre des boissons de l'effort et leur acidité peuvent abîmer l’émail des dents et favoriser les caries chez le sportif. Rappelez-vous que les caries peuvent favoriser la persistance de tendinopathies.

L’efficacité du rinçage de bouche pourrait se faire via des récepteurs spécifiques. Cela pourrait-il se cumuler à d’autres rinçages de bouche ? Il a déjà été prouvé que les solutions contenant à la fois du sel et du glucose sont plus efficaces pour l'hydratation. Elles permettent de mieux assimiler le glucose (voir « Nutrition de l’endurance »).

Toutefois, si cette solution paraît intéressante, il convient de rester prudent à l’heure actuelle car il s’agit d’une seule et unique étude de faible puissance (peu de sportifs testés).

Nous gardons à l’esprit l’éventuel intérêt du rinçage de bouche avec une solution saline mais attendons d’autres études pour confirmer celle-ci et même d’autres pour comparer rinçage de bouche avec solution saline, solution glucosée et solution saline glucosée.

 

Khong TK, Selvanayagam VS, Yusof A. Effect of glucose and sodium chloride mouth rinses on neuromuscular fatigue: a preliminary study. Eur J Sport Sci. 2020 Feb 14:1-17.

 

Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par selena | le mardi 04 janvier 2022
Eau salée

Très bon à savoir, effectivement la menthe est aussi souvent conseillée ! Selena de https://www.fontaine-a-eau.com/actualites

Par catanla luis | le mardi 25 octobre 2022
bolai

As a community member, I can't think of much to say other than that your contributions have made it a better place to be. driving directions mapquest

Par James Wilson | le mercredi 16 novembre 2022
James123aaa

Your desire, excitement, and aspiration are heard, go 1depositcasinouk.com . Try your luck and share your emotions. Don't forget who risks wins.

à propos de l'auteur

Le Dr Fabrice Kuhn est médecin généraliste, diplômé en biologie et médecine du sport. Il est médecin des équipes de France d'haltérophilie. Il pratique le triathlon ironman, le marathon et l'ultratrail.

Lire aussi