Interview

Enfants : Un guide conso pour revenir aux aliments vrais

Enfants : Un guide conso pour revenir aux aliments vrais

Découvrez le best-seller Le bon choix pour vos enfants dans cet entretien avec Elvire Nérin, qui en a supervisé la réalisation.

À quoi ressemble Le bon choix pour vos enfants ?

Elvire Nérin : Le guide évalue plus de 600 aliments du supermarché destinés aux enfants. Ils ont été classés en 7 grands rayons plus les fast-foods. Comme les années précédentes, pas de tableaux longs et compliqués : uniquement la photo de chaque produit, un commentaire détaillé de sa composition et des repères pour visualiser rapidement le top et le flop de chaque rayon. Et en introduction de chaque rayon, un chapitre de nutrition appliquée, avec les critères importants à surveiller avant d’acheter un produit pour ses enfants et pour la famille !

Un mot sur la manière dont l’équipe a procédé.

Une équipe de diététiciennes et journalistes scientifiques a référencé et acheté plus de 600 produits de marques nationales et de distributeurs dans près de 70 catégories d’aliments. Leur composition a ensuite été analysée dans l’indépendance la plus totale. Un classement a été établi, rayon par rayon, en fonction de la qualité nutritionnelle mais aussi du niveau de transformation des produits. Un seul mot d’ordre : revenir aux aliments vrais ! La priorité a donc été donnée aux aliments qui respectent la physiologie, mais également à ceux qui renferment peu d’additifs, peu de conservateurs, peu de colorants…

Quelles bonnes nouvelles dans les rayons en 2014 ?

Nous avons constaté pour la première fois que des produits de marque de distributeur font mieux que les marques nationales : par exemple Ravioles du Dauphiné Reflets de France (Carrefour), Pâte à tartiner Casino Délices, Purée de carottes St Eloi (Intermarché), Glace Trofic (Leclerc). Mais des marques progressent aussi, avec des produits simples : Good Goût (petits pots/plats pour bébé), Innocent (smoothies), Les 2 Vaches (yaourts de Danone). Du côté des fast-foods : McDo a accompli d’énormes progrès en matière d’information nutritionnelle du consommateur depuis la précédente édition. En publiant la liste des ingrédients de tous leurs produits, ils jouent la carte de la transparence. Quick et KFC, en revanche, restent totalement opaques.

Et les mauvaises nouvelles ?

De grandes marques font des flops : Milka s’est essayé – pour le pire – aux biscuits. On y trouve une soupe de lait en poudre, lactose, protéines de lait, amidon, sirop de glucose et graisses hydrogénées. Bien loin d’un biscuit proche du « fait maison » comme chez Bonne Maman ou St Michel. Blédina, le leader du rayon des plats pour bébé incorpore systématiquement des pommes de terre à ses préparations en ajoutant, en plus, très souvent de l’amidon… beaucoup de sucre inutile pour bébé au final !

Concrètement, quels sont les produits les plus fréquentables ?

En 2014, 10 produits ont été distingués plus particulièrement par les rédacteurs :

  •     Petits pots de viande et poisson : Courges butternut sauté d’agneau Good Goût
  •     Assiettes légumes et féculents bébé : Fondue de petits Légumes au Quinoa Babybio
  •     Pâte à tarte, crêpes ou gâteaux : La Pâte brisée 100 % naturelle Marie
  •     Yaourts et petits suisses aux fruits : Les P’tits Miam Les 2 vaches Danone
  •     Sauces chaudes : Sauce tomate au basilic Jardin bio
  •     Biscuits secs au chocolat à emporter : Croc’cocottes St Michel
  •     Barres de céréales : Noix du Brésil, raisins, amandes Eat Natural
  •     Pâtes à tartiner : Pâte à tartiner Casino délice
  •     Jus de fruits et boissons fruitées : Jus d’orange Pure premium Tropicana
  •     Légumes cuisinés surgelés : Purée de carotte St Eloi

Vous n’êtes pas tendre pour le rapprochement entre certaines marques et le Programme national nutrition santé (PNNS).

C’est dans de nombreux cas un faux progrès nutritionnel. Fin 2010, Nestlé et Kellogg’s ont signé une charte d’engagements volontaires de progrès nutritionnel dans le cadre du PNNS. En septembre 2011, Kellogg’s a ainsi annoncé en fanfare la réduction de 15 % du taux de sucre dans les Miel Pops. Un progrès ? En 2010, 30 g de Miel Pops apportaient 9.5 g de sucre. Ils en apportent 8 g aujourd’hui : 1.5 g de sucre en moins par portion, c’est un progrès, oui mais… cette réduction s’est faite au profit de l’amidon : + 1.5 g (16.5 g avant, 18 g aujourd’hui). Quand on sait, grâce à l’index glycémique, que l’amidon des Miel Pops est quasiment équivalent à du glucose pour l’organisme, on comprend qu’une portion de Miel Pops ça reste encore et toujours 26 g de sucre ! Sauf que maintenant, ils bénéficient du label rassurant du PNNS.

Avez-vous des conseils ou astuces à donner aux parents pour mieux consommer ?

Le Bon choix pour vos enfants donne de nombreux conseils. Par exemple, les aliments qu’il vaut mieux acheter bio et ceux qu’on peut prendre dans la filière conventionnelle, comme le kiwi. Idem pour l’œuf qui renferme peu de pesticides et qu’on choisira plutôt dans la filière Bleu-blanc-cœur (pour son bon profil en oméga-3). Autre conseil, si on amène un enfant au fast-food :  mieux vaut l’orienter vers des frites classiques (pas salées chez Quick !) que vers des potatoes, ultra-salées et « amidonnées ». Les adeptes des nuggets ont intérêt à aller chez KFC où ils trouveront de vrais morceaux de poulets et non du poulet haché et mélangé à une mixture comme chez McDonald’s...

Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par SuzanneB | le mardi 15 novembre 2022
Merci

Merci beaucoup, du coup la consommation de produits naturels tels que le miel etc si je comprends bien.