Thyroïdite de Hashimoto

Dr Claeys : Les bonnes analyses à faire en cas de thyroïdite de Hashimoto

Dr Claeys : Les bonnes analyses à faire en cas de thyroïdite de Hashimoto
Priscille Tremblais

Fatigue, prise de poids inexpliquées, nervosité et douleurs articulaires… La thyroïdite de Hashimoto est très répandue, mais mal traitée, explique le Dr Benoît Claeys, auteur de En finir avec la thyroïdite de Hashimoto. Dans cet entretien, il évoque le profil des patients, les analyses qu'il demande et la place de l'alimentation. 

Qu’est-ce que la maladie de Hashimoto ?

Dr Benoît Claeys : C’est une maladie au cours de laquelle les défenses de l’organisme « attaquent » la thyroïde qui, détruite progressivement, ne fonctionne plus correctement, entraînant une déficience en hormones thyroïdiennes : la tétra-iodothyronine ou T4 (forme de réserve inactive) et la triiodothyronine ou T3 (forme active). Elle touche dix femmes pour un homme et survient le plus souvent chez la femme âgée de 20 à 30 ans.

Les patients sont-ils bien pris en charge ?

Je vois parfois dans mes consultations des cas dramatiques de personnes qui n’ont jamais bénéficié d’une mise au point correcte et donc d’un traitement approprié. J’ai écrit ce livre pour améliorer la situation.

Comment se déclare la maladie ?

Dans la maladie de Hashimoto, le système immunitaire assimile les cellules thyroïdiennes à des substances étrangères ou nocives et fabrique des anticorps pour les attaquer. Ceci conduit à l’inflammation et à la détérioration des cellules qui produisent les hormones thyroïdiennes. Comme les cellules thyroïdiennes sont abîmées et détruites, les hormones thyroïdiennes, habituellement stockées à l’intérieur des cellules, sont libérées dans la circulation, entraînant un excès d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Ceci provoque une hyperthyroïdie transitoire. Ce n’est qu’après un certain temps que la personne devient définitivement hypothyroïdienne, lorsque la glande, épuisée, n’arrive plus à produire suffisamment d’hormones. La complexité de la maladie de Hashimoto explique en grande partie les difficultés du corps médical pour diagnostiquer et traiter correctement cette maladie. C’est cette complexité que j’ai cherché à démêler dans mon livre.

De quoi se plaignent les patients qui viennent vous voir ?

Beaucoup éprouvent au début des symptômes comme une irritabilité, de l’anxiété et une certaine agitation. Ensuite, une fois que les hormones excédentaires ont été sécrétées, un sentiment d’apathie ou de dépression peut survenir. Beaucoup de patients ressentent également une variété d’autres symptômes inflammatoires comme une vessie irritable, du reflux, de la diarrhée ou de la constipation, un ballonnement, des rougeurs, des allergies, des douleurs et d’autres symptômes non spécifiques. Carences nutritionnelles, anémie, hyperperméabilité intestinale, intolérances alimentaires, troubles gingivaux, intolérance au stress et hypoglycémie peuvent également se produire. Il est important de noter que beaucoup de ces états ou symptômes supplémentaires sont présents dans beaucoup d’autres maladies auto-immunes.

Quelles hormones doser lorsqu’on suspecte une maladie de Hashimoto ?

Un point est capital : les signes cliniques doivent l’emporter sur les chiffres de laboratoire. Mais ceux-ci ont toute leur place, à condition de bien les choisir. Différentes études ont conclu que l’on ne peut plus se baser sur les valeurs de TSH et de T4 pour surveiller un traitement d’hypothyroïdie, surtout en cas de situation de stress. De plus en plus de publications scientifiques concluent qu’il faut doser l’hormone thyroïdienne T3 et non la T4 pour pouvoir prendre en charge correctement les malades. Dans certains cas, il faut même doser une hormone appelée reverse T3 ou rT3. J’explique dans le livre les circonstances dans lesquelles ces dosages doivent se faire.

L’alimentation joue-t-elle un rôle dans Hashimoto ?

Une grande partie de mon livre est consacrée à des conseils alimentaires. Jusqu’en 2015, on considérait que l’alimentation jouait un rôle accessoire et négligeable dans l’hypothyroïdie. Depuis, on sait que l’on peut améliorer fortement l’état d’une personne hypothyroïdienne en adaptant son alimentation, en particulier en cas de Hashimoto. L’une des pistes à explorer en cas de Hashimoto, c’est l’hypersensibilité au gluten. Il faut aussi restaurer la flore intestinale et soutenir la digestion. Certains aliments végétaux exercent des effets négatifs sur la thyroïde. Il faut donc les consommer avec modération en cas d’hypothyroïdie. Ils contiennent des thyiocyanates et autres dérivés qui inhibent la captation de l’iode alimentaire par la thyroïde et entravent son utilisation. Ils posent problème en cas de carence en iode alors que 90 % de nos populations sont carencées en iode.

LES micronutriments peuvent-ILS être en cause ?

Oui. Il faut vérifier le statut en certains micronutriments-clés. Je demande TOUJOURS les analyses sanguines suivantes : la ferritine, qui renseigne sur le statut en fer, le zinc, les vitamines B12 et  B9, ainsi que la vitamine D. En effet, des déficits peuvent favoriser le déclenchement et les symptômes de la maladie de Hashimoto.

Pour aller plus loin : En finir avec la thyroïdite de Hashimoto, par le Dr Benoît Claeys

Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par noxiy393 | le mardi 27 février 2024
zubi

of course when you dont have time to cook, fastfoods would always be the best option” 英國地產