Ecologie

8 conseils pour une alimentation durable

8 conseils pour une alimentation durable

Le contenu de nos assiettes a plus d'impact sur le climat que les secteurs des transports, de l'habitation et du bâtiment. Voici quelques conseils pour mettre son assiette au service de la planète. Vous en trouverez des dizaines d’autres dans Le guide de l’alimentation durable, d’Aline Gubri. 

1. Évitez les aliments ultra-transformés

Il s’agit d’aliments constitués d’un assemblage d’ingrédients pouvant provenir des quatre coins de la planète, donc avec une empreinte carbone plus élevée.
 
Pour tout savoir sur ces aliments, et les risques qu’ils présentent pour la santé, lisez le livre d’Anthony Fardet « Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai ».
 

2. Choisissez des aliments peu ou pas emballés

Les emballages ont un impact doublement négatif sur la durabilité. Non seulement il faute mobiliser des ressources parfois polluantes pour les fabriquer (plastiques), mais ils contribuent une fois utilisés à polluer la planète, mer compris, en nuisant à la faune. Choisissez des aliments entiers peu transformés et peu emballés.
 
 

3. Optez pour la frugalité

Si chacun mangeait quand il a faim, plutôt que de manière compulsive ou automatique, des rayons entiers d’aliments-confort, inutiles, disparaîtraient car ils ne trouveraient plus preneur. Cela contribuerait à épargner les ressources. Le jeûne intermittent ou fasting est une forme d’exercice de la frugalité, qui permet de se concentrer sur une alimentation réellement nutritive.
 
Pour aller plus loin, lire : « Le Fasting » de J.-B. Rives
 

4. Mangez bio

La réglementation européenne en matière d’agriculture biologique a pour but de réduire « au minimum toute contribution à la contamination de l’environnement » et « restreindre l’utilisation d’intrants extérieurs ». Elle limite considérablement l’usage de pesticides (seules quelques molécules de synthèse sont autorisées, comme les composés à base de cuivre, l’huile de paraffine, l’hydroxyde de calcium) ; les engrais azotés sont interdits. Manger bio c’est donc faire un geste pour l’environnement (avec des bénéfices potentiels pour la santé).
 

5. Achetez les aliments frais de saison

Les aliments qui parcourent de longues distances pour arriver dans les étals ne sont généralement pas durables. Suivez notamment les conseils d’achat mensuels de LaNutrition.fr.
 

6. Limitez les déplacements pour vos courses

Les déplacements que l’on fait pour remplir ses sacs à provision peuvent avoir un impact conséquent sur l’empreinte carbone de votre assiette. Recherchez à proximité de votre domicile les occasions de réduire vos déplacements : marchés locaux, groupement de producteurs.
 

7. Faites des conserves

Les conserves, les produits qu’on a séchés ou congelés au printemps ou en été, permettent d’éviter d’acheter des produits hors saison, arrivés par avion. Tous les secrets pour maîtriser ces techniques sont rassemblés dans « La cuisine zéro gâchis ».
 

8. Ne mangez pas d’espèces menacées

Plusieurs espèces de poissons, menacées par la surpêche, devraient ne jamais figurer à votre menu, comme le thon rouge (très utilisé en sushi), le vivaneau, le flétan, l’espadon, le requin (et les produits à base requin type cartilage).  
 
Pour aller plus loin : Le guide de l’alimentation durable, d’Aline Gubri
Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par Marlee784578 | le mardi 25 février 2020
Top !

Merci pour cet article.

Par Charlys | le mardi 28 juillet 2020
Bons conseils

Oui très bon articles. D'excellents conseils pour la planète mais aussi pour l'organisme. Se renforcer est essentiel en ces temps mouvementés. Les aliments ultra-transformés ici et ont pour la plupart perdus leurs vertus santé.

Par marie-pavot | le mardi 10 mars 2020
Alain

C'est un article qui tombe à pic, avec le corona virus, on est beaucoup à vouloir améliorer notre système immunitaire.
Alain