Régime paléo

L'alcool est-il paléo ?

L'alcool est-il paléo ?

Peut-on boire du vin et de l'alcool quand on mange paléo ? Oui, répondent les spécialistes du paléo comme Mark Sisson. Pour les vertus santé d'une consommation modérée d'alcool mais aussi parce que l'alcool pourrait bien être un héritage de nos ancêtres préhistoriques. Détails.

Si les Français ont une mortalité cardiovasculaire très basse par rapport aux habitants des autres pays occidentaux (à situations socio-économiques et facteurs de risque sanitaires équivalents donc), ce serait grâce à leur consommation de vin. Depuis la découverte en 1992 de ce French paradox, la recherche sur les effets de l’alcool et du vin sur la santé s’est amplifiée. Il est désormais établi que les personnes qui boivent régulièrement un peu d'alcool (environ un verre quotidien chez la femme, deux chez l'homme) jouissent d'une meilleure santé que celles qui ne boivent jamais.
Mais d’où vient cet effet bénéfique de l’alcool et du vin ? Et si la réponse était à chercher du côté de l'évolution ?

L’alcool, un héritage préhistorique

Selon Robert Dudley, un chercheur de l'université du Texas (Austin), l'alimentation de tous les primates frugivores (y compris les hominoïdes) depuis 40 millions d'années est caractérisée par la consommation de fruits mûrs, qui renferment un peu d'éthanol (environ un 1 %). La compétition pour ces fruits est intense chez les primates, car un fruit mûr est sensiblement plus riche en micronutriments et les individus qui en mangent régulièrement résistent mieux que les autres aux infections et aux maladies. La sélection naturelle a probablement favorisé les primates qui décelaient l'odeur de l'alcool et l'appréciaient… en petite quantité. Il faut noter, en effet, que les primates évitent les fruits trop mûrs, pas assez sucrés et trop alcoolisés.
Première conclusion : si l'alcool à dose régulière et modérée était néfaste à la santé, nos ancêtres amateurs de fruits mûrs n'auraient pas eu d'avantage sélectif sur leurs congénères.
Deuxième conclusion et non des moindres : nous sommes probablement génétiquement faits pour consommer cet alcool au repas, et non en dehors.

Quel alcool boire quand on suit un Modèle paléo ?

L’avis de Mark Sisson : le vin rouge est la boisson alcoolisée à choisir en priorité en raison de ses impressionnantes propriétés antioxydantes. Des études récentes ont montré les avantages pour la santé du resvératrol contenu dans le vin rouge à tel point que les extraits de vin rouge sont désormais devenus des compléments alimentaires très populaires. La bière doit être marginale (après tout, elle est fabriquée à partir de céréales !) et les alcools forts et les mélanges à base de boissons sucrées représentent les options les moins recommandées. Notez que les calories présentes dans l’alcool (sept par gramme) sont dépourvues de valeur nutritionnelle et sont le plus souvent brûlées en premier ce qui signifie que la consommation d’alcool interrompt le processus de combustion des graisses.
D’autre part, les études scientifiques ont clairement montré que la consommation excessive d’alcool, c’est-à-dire supérieure à deux verres par jour, pouvait augmenter le risque de cancer (au même titre que les accidents de voiture, les divorces, les bagarres et autres tribulations de la vie), alors soyons clair : je recommande une consommation d’alcool extrêmement responsable avec une nette préférence pour le vin rouge.

Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par Doinar | le mercredi 09 juillet 2014
pas d'excuse pour le french paradox

La consommation de fruits fermentés, contenant des traces d'alcool, a toujours existé chez nombre d'animaux et chez l'homme. Ne serait ce que chez les merles et les grives, renards, papillons et guêpes. Ceci peut présenter un apport en calories intéressant et une certaine accoutumance peut être observée. Par contre la consommation d'alcool sous forme concentrée dans les boissons préparées dans ce but, me semble une coutume typiquement humaine et récente. Les antioxidants présents dans le vin rouge sont les seuls à être responsable des avantages révélés par le "french paradox". Il est bien établi que la consommation , même modeste, d'alcool est déjà nuisible à la santé. Alors arrêtons de glorifier notre sacro saint pinard. Pour bénéficier de ces antioxidants il suffit de consommer les raison rouges qui les contiennent ainsi que de nombreux autres végétaux. Nous pouvons nous passer de l'alcool. La consommation d'alcool dont en France nous sommes des champions, est un fléau social, économique et sanitaire.

Par Priscille - Thierry Souccar Editions | le jeudi 10 juillet 2014
Références ?

Dans la mesure où les études scientifiques (référencées par exemple sur Medline) montrent au contraire qu'une consommation modérée d'alcool est bénéfique pour la santé, pouvez-vous nous indiquer ce qui vous permet d'affirmer qu'"Il est bien établi que la consommation , même modeste, d'alcool est déjà nuisible à la santé" ?
Vous avez raison sinon : les raisins rouges (et d'autres aliments) contiennent aussi des polyphénols protecteurs et il n'est pas nécessaire de boire de l'alcool pour bénéficier de leurs vertus.

Par Doinar | le jeudi 10 juillet 2014
Exemples

Merci de votre réaction. bien sûr, on trouve toujours quelqu'un pour affirmer le contraire de l'autre et pour affirmer ce qui "arrange" ses affaires, surtout lorsqu'on représente le lobby vini-viticole.
Quelques références alors, que vous êtes libre de mettre en question.
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2009/02/18/9432-seul-verre-dalcool-au...
http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/16/un-seul-verre-dalcool-par-jour-a...

Agenda
06
Oct
Un nouveau livre !
Les leçons d'une vie
13
Oct
Un nouveau livre !
Les 3 émotions qui guérissent
20
Oct
Un nouveau livre !
Mon journal keto
20
Oct
Un nouveau livre !
Le régime keto de A à Z
10
Nov
Un nouveau livre !
Le guide pratique du fumoir