Ordonnance naturelle

Grippe : 7 conseils pour l'éviter

Lorsque la saison froide arrive, mieux vaut stimuler son immunité et se doter d'un arsenal antiviral naturel afin de passer au travers des infections hivernales. Voici 7 conseils donnés par Thierry Souccar dans Prévenir et guérir la grippe, à suivre dès que l'automne pointe, en complément du régime alimentaire qu'il détaille dans son livre.

1/8
1
Faire un check-up d’automne

L’automne est un bon moment pour faire un check-up anti-grippe en rendant visite à votre médecin. Au-delà des bilans classiques qu’il pourrait vous prescrire, vous pourriez regarder de près :

- la vitamine D : son taux doit être d'environ 30 ng/ml

- la DHEA,  le fer (femmes),

- les hormones thyroïdiennes

- la protéine C-réactive, un marqueur de l'inflammation

1. Faire un check-up d’automne

L’automne est un bon moment pour faire un check-up anti-grippe en rendant visite à votre médecin. Au-delà des bilans classiques qu’il pourrait vous prescrire, vous pourriez regarder de près : la vitamine D, la DHEA, le fer (femmes), la CRP.

  • La vitamine D joue probablement un rôle anti-infectieux important, il ne faut pas en manquer. En cas de déficit, vous pouvez vous faire prescrire des suppléments de vitamine D3 entre 1 000 et 5 000 UI/j selon l’ampleur du déficit.
  • La DHEA pourrait aussi intervenir dans l’immunité. Les déficits peuvent être corrigés par des suppléments de DHEA. Les doses quotidiennes vont de 25 à 75 mg (en moyenne 50 mg).
  • Les hormones thyroïdiennes, si elles sont basses, engendrent du surpoids et vous empêchent de vous défendre contre le virus. Le médecin vous prescrira des hormones le cas échéant.
  • Enfin la CRP (protéine C-réactive) est un marqueur de l’inflammation. L’inflammation nuit à la santé en général et à vos défenses contre la grippe en particulier. En l’absence d’une maladie particulière qui pourrait expliquer une CRP élevée, l’arrêt du tabac, la perte de poids, l’exercice régulier et le suivi d’un régime alimentaire équilibré peut diminuer la CRP.

2. Adopter une hygiène de vie prudente

Par précaution :
- Couvrez nez et bouche avec un mouchoir en papier quand vous toussez ou vous éternuez. Jetez-le ensuite.
- Lavez-vous souvent les mains avec de l’eau et du savon, en particulier après avoir éternué ou toussé. Il faudrait se laver les mains pendant 20 secondes. Si vous n’avez pas de savon, les gels ou lingettes à base d’alcool sont efficaces aussi.
- Évitez de vous toucher le nez, la bouche ou les yeux.
- Évitez le contact avec des malades.

3. Être prêt

Surtout si vous vivez seul, faites des réserves de mouchoirs, de médicaments, éventuellement de gels désinfectants. Cela vous évitera, en cas de maladie, de devoir quitter le domicile pour faire des courses.
Achetez aussi les compléments alimentaires qui pourraient vous être utiles.

4. Supprimer les polluants

De nombreuses substances diminuent vos défenses immunitaires et fragilisent votre système respiratoire, sans compter qu’elles mobilisent la vitamine C au détriment de ses fonctions antivirales.

  • Arrêtez de fumer ou faites-vous aider ; si quelqu’un fume dans votre entourage, instaurez une règle stricte : pas de tabac dans la maison ni en voiture.
  • Évitez d’utiliser des insecticides dans la maison et des pesticides au jardin.
  • Repoussez si vous le pouvez des travaux d’aménagement (peintures, etc.) à la période post-grippale. Les peintures, colles, vernis relarguent des composés agressifs pour les poumons qui sont aussi soupçonnés d’affaiblir l’immunité.
  • Jetez sans regret tous les désodorisants d’intérieur et de voiture : même problématique que pour les peintures.
  • Évitez ou consommez avec parcimonie les poissons suivants, contaminés par le mercure (un métal lourd qui affecte l’immunité):

Pas plus d’une fois par semaine (pas plus d’une fois par mois pour les enfants et les femmes enceintes) : anguille et civelle, bonite, congre, daurade, empereur, escolier noir, escolier serpent et rouvet, grande sébaste, petite sébaste, grenadier, lingue bleue ou lingue espagnole (julienne), loup de l’Atlantique, marlin, palomète, pailona commune, raie, thon albacore, voilier de l’Atlantique.
Pas plus d’une fois par mois (à éviter par les enfants et les femmes enceintes) : esturgeon, baudroie ou lotte, thon blanc, requin, flétan, brochet, sabre argent et sabre noir.
Éviter complètement : espadon, marlin, siki, thon rouge (espèce menacée).

5. Se débarrasser des kilos en trop

Ce n’est pas certain, mais le surpoids pourrait favoriser les complications de la grippe, d’où l’intérêt de commencer à perdre des kilos, si vous en avez en trop. Cela vous permettra de vous défendre dans les meilleures conditions en cas d’épidémie.

6. Faire de l’exercice

En plus de stimuler l’immunité et de prévenir le surpoids, l’exercice régulier diminue le risque de maladie cardiovasculaire, d’hypertension, d’ostéoporose (perte de tissu osseux), de diabète et d’obésité, assure la souplesse des articulations, des tendons et des ligaments, atténue certains effets du vieillissement, aide à lutter contre le stress, l’anxiété, la dépression, augmente votre énergie, améliore le sommeil.

7. Prendre des compléments alimentaires

Les doses données dans le tableau ci-dessous sont issues d'études conduites sur l'immunité. Toujours consulter un médecin.

Des suppléments en cas de risque élevé de grippe
SupplémentDose
Multivitamines/minérauxFaibles à modérées
Vitamine DAdultes : 1000 à 5000 UI/j ; Enfants et adolescents : 1000 à 3000 UI/j
Vitamine E (plus de 60 ans)50 à 200 mg/j (il existe des contre-indications, notamment risque hémorragique)
Vitamine CAdultes : 500 mg à 10 g/j en cas d'infection (il existe des contre-indications notamment risque de calcul d'oxalate de calcium) ; Enfants et adolescents : 100 à 500 mg/j
ProbiotiquesSuivre les indications du fabricant
Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par hippocrate | le lundi 28 octobre 2013
vitamine C

Dose adulte: 500 mg a 10 g./j.??? 10 g/j. n'y a t il pas un erreur?.