Témoignage

Cancer : « Le régime cétogène m'a bien réussi »

Cancer : « Le régime cétogène m'a bien réussi »

Atteint d’un cancer du pancréas et du foie, Jacques Roques a adopté le mode d'alimentation pauvre en glucides, riche en graisses décrit dans Le régime cétogène contre le cancer. Un régime qui lui a permis de bien supporter son traitement et, peut-être, de faire régresser plus vite la maladie. Voici son témoignage.

Je suis psychanalyste, psychothérapeute et j'ai passé toute ma vie à m’intéresser principalement au fonctionnement mental et à son traitement quand il dysfonctionnait. Extrêmement intéressé par les choses de l’esprit, je dois dire que j'ai toujours eu un peu tendance à laisser de côté le corps, ce pourtant humble et indispensable véhicule quotidien de toute vie.
Sans doute comme je le négligeais un peu trop, il s’est rappelé à mon bon souvenir au mois de février 2015, avec ces mots à lui, à savoir des maux abdominaux et dorsaux. Comme il insistait, je n’ai plus pu l’ignorer et j’ai passé des examens (analyse de sang, échographie, endo-échographie, PET scan) qui ont mis en évidence in fine deux masses tumorales, d’environ 6 cm de diamètre chacune, infiltrant le pancréas et le foie.
Fort heureusement pour moi le diagnostic d'adénocarcinome du pancréas a pu être écarté au bénéfice de celui de lymphome non-hodgkinien à grandes cellules B, plus facilement curable.

Après une première réaction d’embarras, surtout parce que j'étais interrompu dans ma routine, je dois dire que je n'ai à aucun moment été inquiet, ni avant le diagnostic, ni après. Savoir que j'étais atteint d'un cancer a même eu paradoxalement un côté stimulant pour moi en me faisant poser simplement plusieurs questions que je n'avais jamais abordées relativement à l’étiologie psychoneurobiologique de cette maladie et bien sûr aux moyens de la traiter au mieux. J'ai eu d'emblée le sentiment plutôt positif que ce cancer m'aiderait à mieux me comprendre et à approfondir ma connaissance de cette pathologie.

Les 3 voies principales de mon traitement

- Un travail sur moi qui a été assez rapidement fructueux. Il m’a permis notamment de prendre conscience de l’effet néfaste sur mon organisme d’un ensemble d’émotions mal gérées et de les traiter. Puis par la même occasion de comprendre que toute personne forme un tout avec son environnement, une déstabilisation éventuelle d’un élément ayant des effets sur tout l’ensemble, sur l’organisme psychique et somatique. Je me suis mis à prendre des notes sur le sujet que je développerai probablement dans un ouvrage ultérieur.
- Un changement de mode de vie (au niveau du travail en me consacrant davantage à l’écriture et en espaçant les formations que je donnais et au point de vue de l’alimentation). Je n’oublie pas non plus les bienfaits des nombreux soutiens amicaux que j'ai reçus de toutes parts. Je ne saurai en négliger l’importance.
- Un traitement médical chimio-thérapeutique classique.

La chasse aux glucides

Pour ce qui est de l'alimentation, je savais depuis longtemps que les cellules cancéreuses étaient avides de glucose. La plupart des médecins le savent, mais assez bizarrement ils n’en tirent pas de conséquences. Il se trouve que je connaissais déjà le régime du Dr Atkins depuis au moins 15 ans, un ami m'en ayant parlé à l'époque où ce régime est arrivé en France. De plus, mon regretté ami David Servan-Schreiber avait largement attiré mon attention sur le sujet, lui qui a réussi à vivre 19 ans et demi avec un glioblastome dont l’espérance de vie avait été dès le départ été fixée à 3 mois, 6 au grand maximum.

Dès le lendemain de ma première chimiothérapie, j'ai commencé par supprimer tous les glucides de mon alimentation, mais deux jours plus tard, le lundi soir après la prise de sang, ayant constaté une forte chute de certains globules blancs, je me suis laissé convaincre par l’idée, selon certains médecins, qu’ils étaient nécessaires à leur production. J'ai donc recommencé à manger comme d'habitude et je me suis senti très mal. Cela a duré jusqu'au samedi inclus. Entre temps j'avais parcouru plusieurs articles sur Internet traitant des bienfaits du régime cétogène et reçu par la poste Le régime cétogène contre le cancer que j'avais commandé.
Le dimanche matin j'ai débuté ce régime d’une manière drastique, supprimant toute forme de glucides. Ce n’est pas facile. Il faut lire attentivement les étiquettes (l’industrie alimentaire est généreuse à ce sujet) et faire des recherches. Du sucre, il y en a plus ou moins partout. La nature restant raisonnable, il ne faut pas trop s’en inquiéter. Il suffit de faire des choix judicieux pour ne pas dépasser un certain quota. Je dois dire aussi que j'ai complété le régime cétogène par la prise notamment de curcumine, de probiotiques et d’oméga-3 et que j'ai largement apprécié Céto cuisine de Magali Walkowicz, remarquable aussi bien du point de vue culinaire que pour ce qui est de l’exposé diététique.

Les effets constatés

Dès l’après-midi du dimanche, je me sentais légèrement mieux. J’ai persévéré et un mieux-être constant en est résulté. J'ai pu supporter par la suite sans aucun problème les autres chimiothérapies et après la troisième, donc moins de 60 jours après le début du traitement, constater après un PET scan la disparition totale des tumeurs. Selon mon oncologue, il n’est pas habituel que voir les tumeurs régresser aussi vite ; il a trouvé que c’était une excellente réponse au traitement.
Autres effets notables, mais pas des moins appréciables : la disparition de toutes les douleurs d'arthrose (aux épaules principalement) et autres joyeusetés que le temps distribue en général assez généreusement aux personnes de mon âge (73 ans) et le maintien d’un poids adapté à ma taille (76 kg pour 1,75 m), après une perte assez rapide de 8 kg superflus. Ce dernier constat me permet de sourire, non sans tristesse, aujourd'hui quand je vois dans les rayons des supermarchés des yaourts sucrés à 0% de matière grasse. On trompe complètement le consommateur, en partant de l’idée que manger gras fait grossir : gras = graisse. Je mange très gras et avec bon appétit et je ne grossis pas. Ce qui fait grossir et est même toxique, ce sont les glucides (surtout les sucreries) ajoutés. Je conseille à ce sujet en complément la lecture du livre de David Perlmutter « Ces glucides qui menacent notre cerveau » remarquablement étayé par des centaines d’études et la recherche fondamentale.

Aujourd'hui

Comme je ne suis pas un ayatollah, je tempère certes encore aujourd'hui ma consommation de glucides, mais je goûte avec plaisir aux fruits de saison.
Je terminerai ce témoignage par ces conseils : si simplement vous voulez maigrir, mieux vous porter, éviter la survenue d’une maladie neurodégénérative, mangez gras et évitez les glucides ; si comme moi vous êtes atteint d’un cancer, suivez le protocole médical, mais n’hésitez pas à modifier votre alimentation. J'ai suivi le régime cétogène. Il m’a apparemment bien réussi. D’autres ont choisi la voie du jeûne, semble-t-il aussi efficace, mais elle me paraît personnellement plus difficile à suivre.
Dans tous les cas, on vous dira « Prenez l’avis de votre médecin ». Certes, mais à condition que le médecin en question sache de quoi il parle. Hélas, la diététique ne fait pas partie généralement de la formation médicale et les médecins ne sont pas omniscients. En conclusion prenez plusieurs avis et surtout prenez-vous en charge. La médecine ne fait pas tout. Vous êtes le maître potentiel de votre destin.

Jacques Roques
 

Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par Clea31 | le jeudi 05 mai 2016
Moi aussi

J'ai aussi lu ce livre assez convaincant et mis en oeuvre cette diete cetogene au debut de la chimiotherapie pour des metastases osseuses. 2 mois et demi plus tard avec la chimio + la diete, les tumeurs avaient disparues. Il est vrai que la plupart des medecins ne sont pas de bon conseil sur ce genre de sujet. Les recommandations données a l'hopital font fremir d'ailleurs: de la nourriture tres energisante (genre coca cola, berk) pour ne pas se denutrir! Le regime cetogene permet de rester en forme et de perdre, au passage quelques kilos, tout ca sans avoir faim. L'inconvenient: pas toujours pratique a mettre en oeuvre pour remplacer certains aliments clé, genre le pain :)

Par Martin Hélène | le samedi 19 novembre 2016
Médecin pas trop "aware"

J'ai tenté de parler à mon généraliste en lui disant que je souhaitais son suivi et son soutien. Bref, cela n'a d'après lui aucun intérêt et même peut s'avérer dangereux. Même son de cloche de la part de l'oncologue. Il faut dire que techniquement parlant j'ai plus rien. Donc ils me disent tous à quoi bon. Et cela sème forcément le doute dans mon esprit d'autant que mon environnement familial suit le même avis. Merci de vos témoignages qui précisent ce que je pense déjà.

Par Veronique Ferrari | le jeudi 12 janvier 2017
Aucun médecin n'est "aware"

Ils sont même franchement contre le regime céto mais en fait ils ne le connaissent pas. Quant au role des sucres dans l alimentation alors là ca leur passe grave au dessus et de toute facon ils sont OBLIGES de s en tenir a leur protocole bien carré. Ils ne comprennent pas que l alimentation peut etre pris comme une piste à ne pas negliger pour esperer non pas guérir (dans mon cas) mais durer le plus longtemps possible et dans un état acceptable de forme physique. Quelqu un ici connait il le pain ENERGUS 10 et ou s'en procurer ? Merci

Par annie56 | le dimanche 03 décembre 2017
Une amie a eu une ablation de

Une amie a eu une ablation de la thyroïde suite à un cancer assez fulgurant. Depuis, ils l'a maintiennent en hyperthyroïdie pour empêcher l'apparition de nouvelles cellules cancéreuses, mais ne supportant plus cet état elle a voulu diminuer les doses. Le cancer est revenu. Le régime cétogène serait-il adapté dans son cas ? Merci

Par Priscille - Thierry Souccar Editions | le mercredi 13 décembre 2017
Bonjour,

Bonjour,

Il est impossible de répondre à cette question. Seule votre amie, en accord avec ses médecins, peut prendre cette décision.
Cordialement,