Cancer

Le régime cétogène aide à combattre le cancer

Le régime cétogène aide à combattre le cancer

Le régime cétogène est utilisé depuis très longtemps pour perdre du poids mais aussi traiter l'épilepsie. Aujourd’hui il serait indiqué dans la maladie d’Alzheimer ainsi que dans de nombreux cancers. En quoi consiste ce régime ? Quels sont ses effets ? Réponse avec les auteurs du Régime cétogène contre le cancer.

L’alimentation cétogène est un régime alimentaire très pauvre en glucides et riche en graisses. Lorsque l’on réduit fortement sa consommation de glucides, ce qui va des sucres (glucose, fructose, sucre blanc etc.) à l’amidon contenu dans les pommes de terre, les pâtes ou le pain, le foie se met à produire des petites molécules appelées « cétones » ou « corps cétoniques ». On se trouve alors « en état de cétose ». Ces cétones constituent une excellente source d’énergie pour pratiquement tous les tissus corporels.

Un mode alimentaire naturel

L’organisme humain est parfaitement adapté à ce type d’alimentation. Une personne qui suit une alimentation cétogène n’impose aucunement à son organisme un état « artificiel » ou anormal. Dans l’histoire de l’humanité, les phases au cours desquelles l’alimentation humaine contenait peu de glucides constituent davantage la règle que l’exception. En l’absence de glucides, le corps s’adapte. Le foie se met à fabriquer des cétones à partir des matières grasses et nos cellules n’ont aucune difficulté à utiliser ces cétones. Comme une voiture hybride a la capacité d’utiliser alternativement l’électricité ou l’essence, nos cellules ont la capacité d’utiliser alternativement le sucre (le glucose) ou les cétones comme source d’énergie.

Les cellules cancéreuses n’aiment pas les cétones

Différentes expériences menées en laboratoire ont prouvé que si une proportion élevée de cétones et faible de sucre convient parfaitement aux cellules normales, il n’en va pas de même des cellules cancéreuses et ce, pour plusieurs types de cancers parmi lesquels certaines tumeurs cérébrales, différents cancers du sein et de l’intestin, la leucémie, le cancer du rein, et quelques autres. Les cétones ne profitent en aucune manière aux cellules cancéreuses. Au contraire, elles peuvent même atténuer leur malignité. À quoi est dû cet affaiblissement ? On l’ignore. Plusieurs hypothèses sont évoquées.
En suivant un régime cétogène, les tumeurs ont un accès réduit à leur nourriture de prédilection qui est le sucre. On met à la disposition des cellules saines un combustible que les cellules cancéreuses agressives, elles, ne peuvent pas exploiter. On renforce de façon ciblée les parties saines de l’organisme, sans bénéficier aux cellules cancéreuses, voire en les inhibant.

Une synergie avec les traitements classiques

Le régime cétogène est particulièrement efficace parallèlement aux traitements anticancéreux classiques, ainsi qu’entre les différents cycles thérapeutiques. En effet, on dispose de nombreux éléments indiquant qu’il renforce les effets de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et en limite en même temps les effets secondaires.

Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par Nicole Sarah Kretchmann | le vendredi 07 novembre 2014
nicole.kretchmann@orange.fr

en premier l'huile d'olive BIO, de colza BIO… Toutes les noix, noisettes, amandes, avocats… BIO
Mon site http://chante-la-vie.fr sur lequel vous trouverez d'ici quelques jours en téléchargement gratuit mon dernier livre "Il suffit d'aimer… Les bienfaits de la nourriture du Corps et du Coeur".

Par mona | le vendredi 07 novembre 2014
équilibre acide-base

Ce type de régime n'est-il pas en contradiction avec l'importance de préserver un bon équilibre acide-base?

Par Bernard78 | le samedi 08 novembre 2014
Régime cétogène : quelles graisses ?

Bonjour, merci pour cet article très intéressant sur le "régime cétogène". Je n'en avais jamais entendu parler mais il me fait penser aux recommandations de David Servan-Schreiber dans son livre "Anticancer" : éviter les aliments à Index Glycémique élevé et privilégier les aliments riches en acides gras oméga-3 (anti-inflammatoires)... mais quelles autres graisses ? N'importe quelles graisses ? Parce que j'avais compris qu'il fallait éviter le beurre cuit, les fritures, charcuteries, graisses "trans", huiles hydrogénées, acides gras oméga-6 (pro-inflammatoires) ? Alors, une alimentation riche en quelles graisses ? Merci pour vos éclaircissements !
PS: Oui, bien sûr l'huile d'olive et de colza, les noix, noisettes, amandes, avocats etc. Mais le beurre, les graisses bovines et autres ?...

Par Ulrika | le samedi 10 janvier 2015
Régimes cétogène: quelles graisses?

poissons gras

viande d'animaux d'élévage bio: "....élevés en liberté et s’alimentent au pâturage ou sont nourris de foin, sans être engraissés aux grains"

l'huile de coco vièrge bio
avocats
huile d'olive pour les salades
beurre bio non cuit
amandes etc

Par fredo1981 | le dimanche 05 avril 2015
du grand n'importe quoi

Pour passer en état de cétose rien de tel qu'un jeûne qui lui a des vertus avérés si il est suivi médicalement.
Après un mois de ce régime cétogène, vous deviendrait diabétique et vos muscles auront fondu :/
Je vous invite à voir un documentaire Arte pour vous prouver mon opinion : http://www.dailymotion.com/video/x2iwrgm

Par Priscille - Thierry Souccar Editions | le jeudi 09 avril 2015
Prouvé scientifiquement

Nous n'avons pas regardé votre vidéo mais vos arguments nous laissent nous aussi dubitatifs : comment expliquez-vous que sans glucides, avec des graisses on augmente la glycémie ou le risque de diabète ? Par ailleurs, comment un jeûne pourrait avoir selon vous aucun effet sur la fonte musculaire alors que le régime cétogène oui alors qu'ils font appel aux mêmes mécanismes métaboliques ?
Vous avez le droit de ne pas être d'accord, mais nous vous rappelons que le régime cétogène a fait l'objet d'études scientifiques rigoureuses et qu'il est utilisé en milieu hospitalier, notamment dans les cas d'épilepsies réfractaires chez l'enfant.

Par Xavier LARVOR | le vendredi 28 octobre 2016
Risques liés au régime cétogène

J’ai regardé jusqu’au bout cette fameuse émission d'Arte, intrigué par l’avis de fredo1981. Ce reportage censé "prouver" un effet totalement négatif du régime cétogène sur la santé. Alors, on va voir ça de près.
Ce reportage, entrecoupé de 5 fois la même pub tonitruante, m’a paru bien long.
- Tout d’abord, il s'agit d'une simple étude sur... 2 personnes, adoptant chacune un régime extrême sur un seul mois.
- Le "cobaye" qui éviterait tous les sucres n'a pas l’air de vraiment suivre une diète cétogène. A la description, il s’agit plutôt d’un vrai régime hyperprotidique avec sa pléthore de viandes, charcuteries, produits laitiers. Cette overdose de junk-food du genre « supersize me » ne fait pas envie. Qui plus est, elle n’est pas dépourvue de glucides. N’oublions pas, 80% des produits étiquetés contiennent du sucre ajouté. Je passe vite sur les burgers avec « pain » et ketchup. Quant aux graisses, elles sont bien là en quantité. Mais question qualité, il faudra repasser.
- Le présentateur sépare les scientifiques en 2 camps inconciliables : paradigme américain (diminuer le sucre) contre école anglaise (diminuer les graisses). Un examen de la littérature récente fait au contraire état d’une évolution générale vers la prise de conscience croissante et quasi-unanime des dangers de l’alimentation transformée dont les glucides tiennent la part du lion. L’Université de San Francisco n’est donc pas la seule à tirer le signal d’alarme. Aseen Malhotra, cardiologue précurseur, en est un bon exemple et vit au Royaume Uni. Les Allemands, eux, ne sont pas en reste en matière de recherche en nutrition cétogène. On pourrait citer de très nombreux autres exemples, à part en France, comme d’habitude verrouillée par le PNNS. Pour notre émission adepte du penser lisse, il est tellement plus simple de noyer le poisson au milieu de l’Atlantique !
- Juste après l'interview de Robert Lustig, endocrinologue pédiatrique aussi passionnant qu’engagé : "La théorie hormonale de l'obésité n'a été vérifiée que pour des quantités phénoménales de sucres, éloignée de la réalité". Dans quelle réalité vit donc cette voix-off ? Plus loin : "cette responsabilité du sucre ne repose sur aucune étude approfondie". Comment peut-on continuer d’ignorer une telle masse de travaux au niveau international ?
- Pour notre sportif privé de sucre, le diagnostic de pré-diabète tombe, à partir d’une glycémie isolée, Quid des dosages d'insuline et d'hémoglobine glyquée ? Il est démontré qu'il faut plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour réapprendre au corps à brûler ses lipides. D’où d’inévitables désordres métaboliques, comme d’ailleurs dans le cas du jeûne. Alors, comment tirer des conclusions aussi catégoriques sur un seul sujet et sur un mois ? Je passe sur la « surprise » de l’inévitable cholestérol qui n’aurait pas explosé. Plus intéressant : si les muscles ont fondu, ne serait-ce pas lié à l’acidose du régime hyperprotidique plutôt qu’au relatif sevrage glucidique ?
- Comment des « spécialistes » peuvent-ils ignorer le phénomène d'hypoglycémie réactionnelle, tant connu et redouté des sportifs ? Discours réducteur du début à la fin : si vous ne mangez pas de sucre, vous manquerez d’énergie à l’effort et pour le cerveau. La néoglucogenèse ? Elle ne consommerait que les muscles des sportifs ! Les corps cétoniques ? Moindre rendement que le glucose. Références ?
- Conclusion des plus intéressantes et originales : « il faut manger de tout ». Malbouffe industrielle comprise, ça va de soi. Cerise sur le doughnut : nous allons tous finir addictes de ces beignets chimiques qui apportent exactement autant de gras que de sucres. C'est vrai qu’avec 50-50, on ne peut pas faire plus... équilibré !
Arte rediffuse beaucoup mieux, d'habitude. On aura ici avalé du politiquement correct jusqu’à l’écœurement. Mais on ne se lasse pas de démêler les grosses ficelles des médias. Sans vouloir, là aussi, manger de tout, c’est fou ce qu’on en apprend, tous les jours.
À la seule condition de garder son sens critique allumé en permanence.

Par Priscille - Thierry Souccar Editions | le vendredi 28 octobre 2016
Merci pour votre analyse

en réponse à fredo1981.