Equilibre acide-base

Acidose chronique : qui est concerné et quels effets sur la santé ?

Acidose chronique : qui est concerné et quels effets sur la santé ?

Dans Potassium, mode d'emploi, le Dr Philippe Veroli explique comment le potassium est un élément important de la défense de l'organisme contre l'acidose chronique. Mais comment l'acidose chronique apparaît-elle ? Quelles sont ses conséquences sur notre santé ? Explications du Dr Veroli.

Le régime alimentaire occidental est classiquement pauvre en potassium et bicarbonates du fait de la place réduite des végétaux, et il est au contraire riche en sel, en produits céréaliers, en viandes et laitages, en additifs phosphatés. Ce type d'alimentation est acidifiant : il apporte 75 à 100 mEq d’acide par jour. 

En effet, le chlorure du sel favorise la production d’acide chlorhydrique, acidifiante. C’est aussi le cas des viandes et des fromages qui apportent du phosphore - tout comme les additifs au phosphate - et contribuent donc à la production endogène d’acide phosphorique. Les céréales en quantité favorisent la production d'acide sulfurique du fait de leur richesse en acides aminés soufrés.

A l’inverse les végétaux, fruits, légumes, tubercules, sont alcalinisants du fait de leur teneur en bicarbonates et potassium. 

Un déséquilibre entre les sources d'acides et les sources de bases contribue à une acidification de l'organisme. Il existe des systèmes tampons efficaces pour rétablir l'équilibre, mais avec l'âge, ils le sont de moins en moins, notamment parce que la fonction rénale diminue.

Si aucune correction n'est faite dans le mode de vie, notamment diminution des sources d'acides, augmentation des végétaux, prise éventuelle de compléments de citrate ou de bicarbonate de potassium, alors une acidose chronique finit par s'installer. Ses conséquences :

  • Au niveau intestinal : baisse de l’activité enzymatique et perturbation de la flore intestinale peuvent entraîner lourdeurs, flatulences, ballonnements, ulcères.
  • Au niveau de la peau : sueur acide, odeurs corporelles, mycoses.
  • Au niveau des reins : insuffisance rénale, risque de calculs et d’infections urinaires.
  • Au niveau cardiovasculaire : hypertension artérielle, artériosclérose (durcissement et épaississement des artères).
  • Au niveau osseux : déminéralisation et ostéoporose.
  • Au niveau musculaire : fonte musculaire.
  • Altération des réponses hormonales et insulinorésistance.
  • Fatigue persistante.
  • Prise de poids par ralentissement du métabolisme

De manière générale, l’acidification de l’organisme favorise l’inflammation et entraîne un vieillissement prématuré.

Ces effets délétères surviennent généralement sur le long terme (après des années ou des décennies de déséquilibre) et peuvent être prévenus efficacement par des mesures nutritionnelles.

Lire aussi : Comment évaluer l'acidité de l'organisme ?

Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par cetienne | le jeudi 17 avril 2014
acide Chlorhydrique

Il y a visiblement un gros malentendu sur l'acide chlorhydrique : en effet il s'agit de l'acide produit par les cellules pariétales de l'acide permettant de digérer correctement les protéines, et surtout on ne peut confondre l'acide chlorhydrique avec les autres acides : car les récepteurs du duodénum qui déclenchent la sécrétion des sucs digestifs alkalins (dont les enzymes pancréatiques et la bile, donc des agents majeurs de la digestion) sont dépendants de l'acide chlorhydrique (HCL)et pas d'autres acides : ainsi pas assez d'HCL = insuffisance de production de sucs alkalins ! le bol alimentaire reste acide par manque de sucs alkalins ! donc la production suffisante d'HCL est primordiale et c'est la raison du succès de la supplémentation en Bétaïne HCL ; à savoir aussi que le sel (non raffiné) favorise la production d'HCL : cf mon blog clesdesante.com pour en savoir plus Christophe

Par cetienne | le jeudi 17 avril 2014
cellules parétiale

je voulais dire "les cellules pariétales de l'estomac"