Blog de Julien Venesson
Par Julien Venesson
Blog

Le gluten du blé moderne rend dépressif

Le gluten du blé moderne rend dépressif

Le gluten est une protéine retrouvée dans le blé mais aussi dans d’autres céréales. En France la plupart des médecins pensent que seuls 1 à 3% des Français ont un problème avec le gluten : les malades cœliaques, aussi appelés intolérants au gluten. Cette maladie auto-immune et incurable...

Le gluten est une protéine retrouvée dans le blé mais aussi dans d’autres céréales. En France la plupart des médecins pensent que seuls 1 à 3% des Français ont un problème avec le gluten : les malades coeliaques, aussi appelés intolérants au gluten. Cette maladie auto-immune et incurable n’a qu’un seul traitement : une alimentation sans gluten, de manière très stricte.

Mais à travers le monde, et notamment aux États-Unis où les recherches sont très actives, de nombreuses équipes de recherches ont mis en évidence que le gluten provoquerait de nombreux autres problèmes de santé et notamment : reflux gastro-œsophagien, migraines, côlon irritable, fatigue chronique, arthrose, eczéma, psoriasis, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, et bien d’autres (cliquez ici pour en savoir plus). Quand de tels symptômes sont provoqués par le gluten mais qu’il n’y a pas de maladie coeliaque on parle de sensibilité au gluten . Ces problèmes de santé toucheraient entre 6 et 35% des Français et seraient majoritairement provoqués par le blé moderne. Le chiffre exact n’étant pas encore connu en raison d’un manque d’études à l’échelle du pays. Et une nouvelle étude contrôlée contre placebo révèle que le gluten du blé moderne aurait un impact puissant sur le cerveau et rendrait dépressif.

Le gluten du blé moderne rend dépressif

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs en gastro-entérologie de l’université de Monash (Australie) ont recruté 24 adultes âgés de 24 à 62 ans qui souffraient de côlon irritable lorsqu’ils mangeaient du gluten. Il s’agissait donc de personnes sensibles au gluten qui avaient fait l’expérience d’un régime sans gluten et qui continuaient compte tenu des bénéfices qu’ils ressentaient pour leur santé. Pour être bien certain d’éviter toute erreur de diagnostic, toutes ces personnes avaient fait un test de dépistage de la maladie coeliaque qui s’était révélé négatif.

Les participants ont été ensuite assignés à suivre de manière aléatoire et en double-aveugle (ni les participants ni les médecins ne savaient qui recevait l’une ou l’autre des interventions) une alimentation sans gluten supplémentée par un placebo ou 16 gr de gluten ou 16 gr de whey protéine (la protéine du petit lait). Le supplément devait être consommé pendant trois jours puis un retour à l’alimentation sans gluten et sans supplément était effectué pendant trois jours avant d’essayer un autre supplément. Ainsi, chaque personne avait avalé pendant trois jours le gluten, la whey protéine ou le placebo, en plus du régime sans gluten. Tout au long de l’expérience les chercheurs ont mesuré l’état émotionnel des patients, les symptômes gastro-intestinaux (ballonnements, diarrhées, constipation, etc.) et ont effectué des prises de sang.

Résultat : lorsque les personnes ont avalé du gluten pendant trois jours, elles ont toutes présenté des symptômes dépressifs. Ces résultats sont très impressionnants puisque les symptômes apparaissent en quelques jours seulement et disparaissent aussi vite ! Pour expliquer ces symptômes, on suppose que le gluten, qui n’est pas digéré correctement, passe de manière inappropriée dans le sang puis se retrouve au niveau du cerveau où il perturbe son fonctionnement.

Mais en France personne ne reconnaît que le gluten puisse provoquer des problèmes de santé chez les personnes qui ne sont pas malades coeliaques. On ne proposera donc jamais un régime sans gluten pour soigner la dépression : on préfèrera prescrire des médicaments antidépresseurs !

Pour en savoir plus sur le gluten et les maladies liées, lire : Gluten, comment le blé moderne nous intoxique

 

Référence : Peters, S. L., Biesiekierski, J. R., Yelland, G. W., Muir, J. G. and Gibson, P. R. (2014), Randomised clinical trial: gluten may cause depression in subjects with non-coeliac gluten sensitivity – an exploratory randomised clinical study. Alimentary Pharmacology & Therapeutics. doi: 10.1111/apt.12730.

à propos de l'auteur
Lire aussi