Comment j'ai vaincu l'arthrose

J’avais 40 ans, une belle carrière, un magnifique appartement, un amoureux, des amis, une famille aimante et une forme athlétique. Ma vie était un enchantement jusqu’à ce que tout bascule : je ne peux plus marcher.
Le verdict tombe : j’ai de l’arthrose carabinée dans les genoux. Rien d’extraordinaire penserez-vous, 10 millions de personnes en France souffrent de cette maladie irréversible et évolutive. Sauf que je décide de lui résister.
Un an plus tard, après avoir essayé tout ce qui pourrait me soulager et surtout après avoir changé d’alimentation, je suis guérie.

Par Laura Azenard

Communiquer, c’est aussi se soigner

Lorsque vous vous découvrez malade, vous pouvez mettre en place des mécanismes puissants de protection. Certains minimisent ce qui leur arrive, d’autres se renferment ou au contraire, mordent leur entourage. Lorsque mon diagnostic de l’arthrose est tombé, je me suis radicalement isolée. Je voulais gérer cette histoire toute seule dans mon coin et surtout n’enquiquiner […]

Ouverture111 Lorsque vous vous découvrez malade, vous pouvez mettre en place des mécanismes puissants de protection. Certains minimisent ce qui leur arrive, d’autres se renferment ou au contraire, mordent leur entourage. Lorsque mon diagnostic de l’arthrose est tombé, je me suis radicalement isolée. Je voulais gérer cette histoire toute seule dans mon coin et surtout n’enquiquiner personne avec mes rotules. C’est exactement l’inverse qu’il faut faire.

Communiquer sur votre maladie fait partie de votre processus de guérison, d’autant que l’arthrose n’est pas une maladie évidente à assimiler en tant que telle.

  1. Elle est invisible, sauf en cas de déformation.
  2. Des millions de personnes en souffrent mais à différents degrés. Certains arthrosiques n’arrivent pas à dormir ou à marcher quand d’autres ne souffrent qu’en escaladant une montagne.
  3. Pour beaucoup, l’arthrose est une fatalité associée à la vieillesse. Alors à quoi bon en faire un roman.
  4. Et pour finir, elle est sans fin. Lorsque l’arthrose s’invite dans votre vie, elle pose ses valises.

Ensuite, la maladie peut engendrer des deuils successifs comme la perte de votre autonomie, de votre travail, de vos repères, de votre place au sein de votre famille et de vos amis. Vous ne pouvez pas garder tout ça pour vous, comme si de rien n’était.
D’autant que vos proches peuvent eux aussi ressentir de la peine, de la peur et également de la colère face à une situation non choisie mais subie. Ces sentiments sont normaux et doivent être partagés.

S’ouvrir aux autres est donc bénéfique pour vous comme pour votre entourage, à condition de prendre quelques précautions.

Tout d’abord, permettez-vous de vivre votre courbe du deuil. Prenez le temps « d’apprécier » tous les paliers dont elle est composée.

  • Le choc, la sidération à l’annonce du diagnostic.
  • Le déni, s’imaginer qu’il s’agit d’une erreur.
  • La colère, un sentiment d’injustice mêlé à la recherche d’un responsable.
  • La peur de l’inconnu, lorsqu’il faut retrouver un nouvel équilibre.
  • La tristesse et la nostalgie, qui flirte avec la dépression.
  • L’acceptation, on décide de faire avec.
  • Le pardon à soi-même et aux autres, la quête du responsable n’a plus de sens.

Une fois ce cheminement fait, vous êtes prêt à parler sereinement de votre corps qui se grippe.

Ensuite, acceptez les réactions de votre entourage. Vous aurez peut-être en réponse de la bienveillance, de la curiosité ou du désintérêt. Ne vous offusquez pas. Chacun réagit selon sa sensibilité et ses moyens.

Expliquez aux vôtres le combat que vous menez et l’importance qu’il a pour vous afin de garder ou de retrouver votre mobilité. Partager ce que vous ressentez vous permet de vous sentir plus léger et vous évite de vous focaliser sur votre maladie.

Expliquez l’importance que vous portez à votre alimentation, à vos soins, à maintenir une activité physique. D’une part, vous serez ainsi motiver à vous inscrire dans une démarche anti-arthrosique au quotidien et à ne rien lâcher. Et d’autre part, lorsque vous serez en crise, puisque bien souvent l’arthrose évolue par poussées, vous pourrez aisément demander de l’aide ou au contraire, un peu de tranquillité.
Ainsi, non seulement vous risquez d’être encouragé mais avec un peu de chance, vous pourriez même finir par embarquer votre petit monde dans votre quête de bien-être et les amener eux aussi à prendre soin d’eux et à mieux vieillir.

Lire la suite du billet

à propos de l'auteur

Laura Azenard est cadre dirigeante dans une grande entreprise. Grâce à sa ténacité, aujourd’hui elle marche, cours, danse, nage et a retrouvé la joie de vivre. Elle a mis en place une activité de coach en santé et nutrition et accompagne maintenant ceux qui souffrent d’arthrose vers la guérison.

Lire aussi
  • Publié le 14/04/2016
    L’équilibre acido-basique
    Hippocrate le disait déjà il y a plus de 4 siècles, notre santé dépend de notre équilibre acido-basique. Notre...
  • Publié le 05/04/2016
    Le chocolat ami ou ennemi ?
    Hummm ce chocolat qui nous fait perdre la raison. Nous en mangeons en moyenne 7 kilos par an. Et à chaque bouchée,...
  • Publié le 28/03/2016
    Mousse au chocolat sans œuf et sans lait
    Ahhhh qu’on l’aime ce chocolat !!!! Voilà comment réaliser une mousse au chocolat en cinq minutes, sans œuf et sans...
  • Publié le 25/03/2016
    Cake aux légumes sans gluten et sans lait
    Lorsque vous souhaitez vous faire un cake sans farine, sans lait et sans trop d’œuf, le tofu soyeux est La solution....
  • Publié le 22/03/2016
    Lait de vache vs lait de brebis ou de chèvre
    Le lait et ses produits dérivés ont des répercussions sur notre santé, sur nos cartilages, tendons et ligaments....
  • Publié le 21/03/2016
    Au-delà de vous émoustiller en abordant un sujet tel que celui-ci, faire l’amour est bon pour votre santé. Pour la...
  • Publié le 15/03/2016
    Duo de choux au sésame et curcuma
    Voilà une assiette particulièrement riche en antioxydants. Le chou-fleur et le brocoli sont de véritables alliés anti...
  • Publié le 15/03/2016
    Le pouvoir du jeûne : les bénéfices
    Le stress, une alimentation déséquilibrée, la pollution fatiguent notre corps. Nos tissus et nos organes s’encrassent...
  • Publié le 12/03/2016
    La collation, une bonne idée
    Son origine est curieuse. Formé du latin « collatio », conférence, elle désignait le moment où les religieux se...
  • Publié le 06/03/2016
    Le pouvoir du jeûne : les réactions du corps
    Lorsque vous jeûnez, votre métabolisme ralentit. Les organes digestifs sont au repos et les autres organes liés à l...