Ma it-list diététique

Tout ce que vous devez savoir sur les dernières tendances diététiques

Par MAGALI WALKOWICZ

Chirurgie de l’obésité et pratique du ramadan : une difficile compatibilité

Chirurgie de l’obésité et pratique du ramadan : une difficile compatibilité

Le recours à une chirurgie de l’obésité pour traiter l’obésité est une décision qui doit être bien mûrie.

Afin de garantir le succès de l’intervention, à sa suite, des règles hygiéno-diététiques devront être suivies à vie. Cela exige, entre autres choses,  de fractionner l’alimentation en 5 repas et collations, avec une composition spécifique, seule manière de satisfaire les besoins en nutriments et vitamines du corps, de boire en dehors des repas, car l’estomac réséqué dans le cas de la sleeve et court-circuité dans celui du by-pass, n’est pas en mesure de contenir aliments et boissons. Manger lentement, en mâchant bien les aliments, est également essentiel, pour ne pas avoir une sensation de nourriture qui se coince au niveau de l’estomac, des nausées, des vomissements, des dumping syndrôm.

Les personnes qui pratiquent le jeûne durant le mois sacré de Ramadan auront du mal à suivre ces recommandations. Lorsque l’heure de casser le jeûne arrive, il y a souvent la faim et la soif (surtout en été, comme c’est le cas cette année). Or, les 2 doivent être suffisamment décalés dans le temps. De plus la faim fait que l’on mange plus, plus vite, sans bien mâcher, ce qui peut engendrer des douleurs et peut tout simplement compromettre le repas. Dans certains cas, le fait d’avoir jeûner coupe au contraire la faim ou peut aussi engendrer un sentiment de satiété plus rapide. Avant l’aube pourtant, il faudra veiller à avoir fait ses 5 repas et collations, composés comme indiqué dans Le guide de la chirurgie de l’obésité et être parvenu à boire 1l d’eau. Si les recommandations ne sont pas suivies, tenir ce rythme pendant un mois expose à des risques de déshydratation graves, à un déficit protéino-énergétique et des carences en vitamines et minéraux, qu’il peut être difficile de remonter par la suite.

A part une totale inversion du rythme jour/nuit, la pratique du ramadan et une chirurgie bariatrique sont difficilement compatibles.

Si vous pratiquez le jeûne du ramadan, je vous invite à bien réfléchir à cet aspect de votre vie, avant toute décision d’intervention. Si la chirurgie est le seul traitement pour soigner votre obésité et les pathologies qui en découlent, je vous encourage à accepter que l’obésité est une vraie maladie, responsable de nombreux facteurs de comorbidité, et que la chirurgie bariatrique est un traitement qui ne s’arrête pas au simple geste chirurgical mais un traitement plus complexe qui comprend à la fois l’acte chirurgical et en plus les règles hygiéno-diététiques à suivre à vie.

Pour plus d’informations : Le guide de la chirurgie de l’obésité, Elodie Sentenac et Magali Walkowicz

 

Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

à propos de l'auteur

Mes débuts : des études universitaires en philosophie. Au terme de ce parcours, j’aurais dû embrasser la carrière d’un enseignant en philosophie. Mais avide de liberté, j’ai opté pour le journalisme.

J’ai commencé à écrire des articles pour la presse féminine, passion qui ne m’a pas quittée. Après de multiples écrits dans les thèmes santé, beauté, culture, voyage, nutrition, psychologie, j’ai pris la sage décision de me recentrer sur ma passion : l’alimentation et les avantages qu’elle procure sur la santé, la ligne, la beauté et surtout pour les 3 moments de bonheur qu’elle suscite dans la journée.

Afin de maîtriser mon propos, j’ai entrepris des études de diététicienne et j’ai acquis une expertise de la science du corps humain, de celle des aliments et des techniques culinaires. Toujours à la recherche de nouvelles découvertes diététiques, Je me nourris de littérature scientifique sur le sujet.

En plus des écrits, dont Le guide de la chirurgie de l’obésité, Céto cuisine et Compteur de glucides, parus aux éditions Thierry Souccar, je suis diététicienne en cabinet libéral. Mon intime conviction : quelles que soient les contraintes alimentaires que nous avons parfois à subir, « manger diet, c’est manger bon » !

Voulez-vous en savoir un brin de plus? Je suis accro aux voyages qui m’amènent à plus de 10h de vol de chez moi et c’est aussi difficile de me sortir d’une boutique de thé, que de chez mon chausseur préféré, d’un musée d’art moderne ou de la librairie du coin !

Lire aussi