Accident vasculaire cérébral

Prévenir l'AVC : 3 conseils utiles

Prévenir l'AVC : 3 conseils utiles

En France, on dénombre un accident vasculaire cérébral (AVC) toutes les 4 minutes. Avec des conséquences très lourdes en termes de qualité de vie et de prise en charge médicale. Prévenir et traiter rapidement l’AVC est donc important. 3 conseils à suivre.

Chaque année en France, 130 000 nouvelles personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). 1 victime sur 5 décède dans le mois qui suit et 1 sur 3 devient dépendante à vie. L’AVC est ainsi la première cause de handicap physique chez l’adulte. Plus une victime d’AVC est prise en charge par les médecins rapidement et meilleures sont ses chances de récupération.
On comprend avec ces chiffres que l’on a intérêt à prévenir l’AVC plutôt que le guérir.
Voici les 3 grands conseils à suivre pour réduire son risque d’AVC et se faire traiter rapidement si le pire arrive.

1. Connaître les signes d’alerte

Les symptômes qui suivent peuvent apparaître brutalement. Les connaître vous permettra de les reconnaître et de consulter en urgence. En cas d’AVC il vaut mieux consulter dans les trois heures. Après 7 h, les risques de séquelles sont élevés.
Dans le cas d’un accident ischémique transitoire, que l’on peut considérer comme un signe avant-coureur d’un « vrai » AVC, les symptômes disparaissent aussi rapidement qu’ils sont apparus, sans laisser de trace, en l’espace de 24 h. Consultez quand même.
Voici les signes d’alerte :

  • Faiblesse, paralysie, engourdissement d'un bras, perte de sensibilité du visage, d'un côté du corps
  • Diminution ou perte de la vision, d'un œil et/ou des yeux, vision double
  • Perte soudaine de la parole, difficultés pour parler, pour articuler ou comprendre ce qui est dit,
  • Instabilité de la marche inexpliquée ou chute soudaine, troubles de l'équilibre, vertiges

Si vous constatez subitement, l'un ou plusieurs des signes précédents chez un proche, contactez très rapidement le SAMU (appelez le 15). Notez bien l’heure à laquelle sont survenus ces symptômes et procédez au test suivant.

Le test que vous pouvez faire faire à vos proches
- Demandez-lui de sourire : si un seul côté de la bouche se relève (le sourire est déformé), c’est un signe de paralysie faciale.
- Demandez-lui de répéter une phrase simple. Si elle n’y parvient pas, que son élocution est difficile ou sa prononciation mauvaise, c’est un signe de trouble de la parole.
- Faites-lui lever les bras à l’horizontale, environ 10 secondes. Si un bras n’y arrive pas, ou les deux, si la personne peine à tenir la position, c’est un signe d’alerte.

2. Maintenir une tension artérielle normale

La tension artérielle normale d’un adulte est établie à 120 mmHg (mm de mercure) quand le cœur se contracte (pression systolique) et à 80 mmHg quand le cœur se relâche (pression diastolique). Quand la pression artérielle systolique est supérieure ou égale à 140 mmHg et/ou que la pression artérielle diastolique est supérieure ou égale à 90 mmHg, la tension artérielle est considérée comme élevée.
On estime que 15 millions de Français sont hypertendus (pour seulement 11 millions traités).
Une tension artérielle élevée augmente considérablement le risque et la gravité des AVC. L’hypertension est même le principal facteur de risque de l’AVC (suivie de près par le tabagisme, la sédentarité et la mauvaise alimentation). La bonne nouvelle c’est que l’on sait très bien maintenir la tension à la normale. Avec des médicaments mais aussi sans, grâce à des règles d’hygiène de vie simples.

Voici 5 règles pour maintenir une tension normale:

  • Perdre du poids (si besoin)
  • Bouger plus (surtout pour les personnes sédentaires)
  • Manger moins salé
  • Limiter sa consommation d’alcool
  • Adopter une alimentation de type Dash

Plus de précisions sur ces 5 règles dans Hypertension : votre ordonnance nutritionnelle.

3. Changer ses habitudes de vie

De manière générale, pour prévenir l’AVC et l’infarctus, changer ses habitudes de vie est plus protecteur à terme que prendre des médicaments. Pour connaître les changements à réaliser, lire : 5 changements protecteurs.

À lire aussi : Prévenir l'infarctus et l'accident vasculaire cérébral du Dr De Lorgeril (avec Patricia Salen)


 

Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par moyamo | le mardi 04 novembre 2014
l' AVC en Algérie

Il est aussi fatal que chez vous. La rapidité de sa prise en charge peut donner de meilleurs résultats, mais la réalité est tout autre. Ici on ne donne pas plus d'importance à la nutrition ni au changement du modèle sédentaire que vit notre population.