Extrait

Pourquoi le sucre nous tue à petit feu

Pourquoi le sucre nous tue à petit feu

Dans cet extrait de Sucre l'amère vérité, le Dr Lustig explique en quoi le sucre de table est spécifique. Et explique pourquoi il est devenu toxique.

Les nutritionnistes classent systématiquement le sucre dans la catégorie des « calories vides », comme les calories provenant de l’amidon. Mais le sucre (ou saccharose) est une substance spécifique. 
 

Le sucre demande le travail de deux systèmes métaboliques

Le saccharose est constitué pour moitié de glucose et pour moitié de fructose. C’est le fructose qui lui procure sa douceur, et c’est ce que nous recherchons. Mais c’est aussi le fructose qui cause les maladies métaboliques chroniques. Ce qui signifie que, bien qu’étant apparemment un glucide, le sucre est en réalité à la fois un lipide (puisque c’est sous forme de graisse que le fructose est métabolisé par le foie) et un glucide (puisque c’est en tant que tel que le glucose est métabolisé).Les deux systèmes métaboliques sont donc obligés de travailler sans relâche. Maintenant, si vous êtes affamé et manquez d’énergie, le fait de consommer du sucre remplit très rapidement les réserves de glycogène (forme sous laquelle le glucose est stocké) de votre foie. Mais la grande majorité des gens ne sont ni affamés ni en manque d’énergie, et notre organisme ne s’est pas adapté à l’excès de sucre auquel il est confronté dans son environnement actuel. Et qui nous tue à petit feu.
 
À l’échelle mondiale, la consommation de sucre a  en effet triplé au cours des cinquante dernières années, tandis que la population n’était multipliée que par deux. Cela signifie que la consommation mondiale de sucre par habitant a augmenté de 50 %. Le seuil maximal de 200 calories par jour issues du sucre, tel que préconisé par l’association des cardiologues américains, a été dépassé dans pratiquement tous les pays de la planète.
 

Y a-t-il un sucre meilleur que les autres ?

Tous les produits sucrants caloriques contiennent du fructose : le sucre blanc, le sucre de canne, le sucre de betterave, le sucre de fruits, le sucre brun et son petit cousin meilleur marché, le sirop de glucose-fructose, auxquels il faut ajouter le sirop d’érable, le miel, le sucre de coco et le sirop d’agave. Tout cela, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Ce n’est pas la forme qui compte, c’est le contenu.
En un mot, la consommation de sucre pose problème. 33% de celle-ci provient des boissons sucrées, et les groupes de populations qui en abusent le plus sont les pauvres et les plus défavorisés.
 

Pour en savoir, et notamment sur comment le fructose est métabolisé par le foie, lire l'extrait complet de Sucre l'amère vérité et le livre.

 
Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.