Interview

A. Houlbert : Comment diversifier l’alimentation de bébé

A. Houlbert : Comment diversifier l’alimentation de bébé

Diététicienne libérale et auteure ou co-auteure de 4 livres de référence sur la l’alimentation et la santé, Angélique Houlbert a écrit un petit guide sur la diversification alimentaire des bébés avec 66 recettes simples, Premiers repas de 6 mois à 3 ans, qui complète à merveille La meilleure façon de manger pour les enfants.

Quelles sont les grandes étapes de la diversification?

La diversification alimentaire est un moment crucial à ne pas prendre à la légère. Elle se réalise selon un schéma précis qui prend en compte les capacités digestives du bébé en fonction de son âge et qui limite l’introduction trop précoce d’aliments qui pourrait augmenter le risque de survenue d’allergies alimentaires.

Cette transition alimentaire pourra donc commencer partir de 6 mois révolus, pas avant. Inutile de se presser dans ce domaine, les bébés ne grandiront pas plus vite pour autant !

En premier lieu, il faut débuter par les légumes afin de ne pas habituer bébé au goût sucré des fruits. Quand les légumes sont bien acceptés, on peut continuer par les fruits peu allergisants, en évitant donc l’ananas, la mangue ou le kiwi.

Vers 7 mois, la viande peut être introduite, ainsi que les céréales sans gluten. Au cours du mois suivant, les céréales avec du gluten pourront être ajoutées dans les menus ainsi que de bonnes sources de graisses, indispensables à son développement cérébral.

Le poisson, les crudités, les agrumes, le blanc d’œuf cuit ou encore les poudres de fruits oléagineux pourront progressivement être incorporés dans les plats de bébé à partir du moment où il soufflera sa première bougie.

A partir de 18 mois, les légumes secs pourront trouver leur place le soir afin d’apporter des protéines, des vitamines du groupe B, des fibres solubles et des minéraux.

Avez-vous des astuces pour mixer facilement la viande (la hantise de beaucoup de jeunes mamans) ?

Tout d’abord, la viande n’est à introduire qu’à partir du 7ème mois. Et toujours en très petite quantité au début, c'est-à-dire 10 grammes, mixée à la purée de légumes du midi. Un mini-hachoir ou un petit robot type Babycook qui cuit et mixe également est un bon investissement à faire dès le premier bébé car il sera largement amorti pour le petit dernier ! Ce type d’appareil se trouve facilement d’occasion sur tous les bons sites entre particuliers ou dans les vide-greniers à un prix raisonnable.

Que faire si bébé refuse d'un coup de manger le soir?

Chaque bébé est différent et selon ce qu’il a mangé le midi ou depuis quelques jours, il peut arriver qu’il refuse de manger le soir. D’autres paramètres peuvent aussi entrer en jeu : il est peut-être trop fatigué de sa journée à la crèche ou chez la nounou, il a mangé beaucoup plus au goûter qu’à l’habitude ou encore il a mangé un morceau de pain ou un petit biscuit avant de se mettre à table ?

Si ce n’est pas le cas, servez-lui de plus petites quantités au repas du soir pour qu’il ne soit pas découragé et, quand il ne veut pas manger, n’insistez pas, ne lui faites surtout pas de chantage et, enfin, ne lui préparez pas un autre plat exclusivement pour lui en vous donnant bonne conscience et en vous disant qu’au moins il aura « un petit quelque chose dans le ventre » ! Au prochain repas, il aura certainement un peu plus faim ! Et si vous avez le moindre doute, parlez-en à votre pédiatre.

Doit-on s'inquiéter si, après 15 mois, bébé ne veut plus boire de lait ? Que lui proposer à la place ?

A partir de 15 mois, bébé ne boit plus que son biberon du matin. Si toutefois il le refuse catégoriquement, ce n’est absolument pas un drame. Si vous souhaitez continuer à lui donner du lait de croissance, vous pouvez très bien réaliser une petite bouillie avec des céréales type flocons d’avoine ou farine de riz, agrémentés de quelques morceaux de fruits écrasés (crus ou cuits), de poudre d’amande et d’une demi-cuillère à café d’une huile extraite à froid. Il s’est peut-être habitué à la cuillère et préfère mastiquer plutôt qu’avaler.

Si vous ne souhaitez plus lui donner de lait animal, vous pouvez aussi avoir recours aux laits végétaux comme le lait d’amande (marque La mandorle par exemple).

Dans tous les cas, s’il refuse son biberon de lait nature, ne tombez pas dans le piège des farines cacaotées ou vanillées qui sont pour la plupart beaucoup trop sucrées !

Avez-vous des marques de petits pots à conseiller pour dépanner ?

Dans « La meilleure façon de manger pour les enfants », il était clairement apparu au cours des lectures minutieuses des étiquetages que certaines marques avaient plus d’exigences nutritionnelles que d’autres. La gamme pour bébé des marques « Bjorg », « Babybio » ou « Hipp » répondaient particulièrement aux vrais besoins de l’enfant. Les petites coupelles de légumes et de fruits NaturNes bien qu’issus de l’agriculture conventionnelle garantissaient également une absence de sucre et de sel ajouté. Parfois même certaines marques de distributeur avaient une composition plus proche du fait-maison que de grandes marques, comme Blédina.

Votre seul repère sera toujours et encore la liste des ingrédients qu’il est impératif de regarder avant chaque nouvel achat.

5 conseils pratiques à donner aux mères pressées ?

1) Planifiez les menus à la semaine pour toute la famille, et en particulier pour bébé, et préparez votre liste de courses en conséquence tous les vendredis soirs afin d’effectuer des courses « organisées » et donc « plus rapides » le samedi.

2) Préparez à l’avance de la compote de fruits ou de la purée de légumes pour plusieurs repas. C’est plus facile et surtout beaucoup plus économique. Investissez juste dans des petits contenants allant au congélateur.

3) Ayez toujours des légumes surgelés (sans sauce ajoutée) dans votre congélateur pour la préparation des premières purées de bébé.

4) Dès 18 mois, n’hésitez pas à prélever la part de bébé dans le plat familial afin de diminuer le nombre de préparation.

5) Pour donner plus de goût aux céréales (riz, pâtes, semoule, quinoa etc.), n’hésitez pas à les faire cuire dans un bouillon de légumes maison sans sel. Pour cela, ayez toujours au congélateur du bouillon de légumes non salé, c’est-à-dire l’eau de cuisson des légumes dont vous ne vous êtes pas servi.

Commentaire

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.