Ma it-list diététique

Tout ce que vous devez savoir sur les dernières tendances diététiques

Par MAGALI WALKOWICZ

10 astuces diététiques ultra simples pour déloger la cellulite

10 astuces diététiques ultra simples pour déloger la cellulite

À toutes celles qui redoutent l’épreuve du maillot de bain qui s’approche à grand pas : et si on déclarait une guerre diététique à cet ennemi que nous avons (quasi) toutes en commun ? Filiformes et pulpeuses, que vous ayez une cellulite aqueuse, adipeuse ou fibreuse, il y a des astuces pour ne pas la laisser proliférer et la déloger. Je vais donc vous révéler quelques petits secrets anticapitons.

Je vais commencer par vous expliquer ce qu’est la cellulite. Pour bien comprendre, la cellulite, ce n’est pas que de l’eau ou que de la graisse. C’est des amas de cellules graisseuses, d’eau et de toxines stockés directement sous la peau. Ils appuient sur les fibres de collagène causant ainsi deux dommages :

  • la régularité de la peau est cassée (ça c’est ce que vous voyez !)
  • les veines sont compressées, la circulation sanguine et lymphatique, voie d’élimination, n’est plus performante. Cela favorise donc la rétention d’eau, de graisse, de toxines. C’est un cercle vicieux !

Ces petits amas, responsables de la disgrâce de nos jambes, ne partent pas d’un claquement de doigt. Ils sont tenaces. Cela demande du temps et des efforts (diététiques, sportifs et des massages idéalement – mais déjà en agissant sur la diététique, vous obtiendrez des résultats). Alors, plutôt que de râler dans votre coin, commencez à agir !

Il existe 3 types de cellulite, à vous de comprendre laquelle est la vôtre.  Cela vous indiquera sa cause et par là-même sur quelles règles diététiques vous devrez insister pour mieux la déloger.

Déterminez votre type de cellulite

Votre cellulite est :

  • Aqueuse si votre peau présente un effet peau d’orange léger, qu’elle reste souple et tonique, peu douloureuse au toucher. Si vous vous retrouvez dans cette définition, il est fort probable qu’en plus vous ayez des jambes « en poteau » à la fin de la journée, surtout s’il fait chaud ou si vous avez passé du temps debout. Ce type de cellulite est dû à une paresse veineuse qui engendre une mauvaise circulation lymphatique et sanguine.
  • Plutôt adipeuse si elle est localisée sur vos rondeurs indésirables et que votre peau est molle. Votre couche de collagène est saturée en graisses.
  • Fibreuse si elle fait mal à la palpation et si elle est très visible surtout sur la face externe des cuisses et sur l’intérieur des genoux. Sa caractéristique est qu’elle est ancienne et infiltrée. Les cellules graisseuses qui forment votre cellulite sont emprisonnées par les fibres de collagène qui se sont rigidifiées. La circulation sanguine très ralentie, engendre un manque d’oxygène, responsable de la douleur. Notez que pour la cellulite fibreuse, plus que pour les autres types de cellulite vous devrez combiner les stratégies pour la déloger et que le sport sera un indispensable (corde à sauter, courses lentes suivies de courses rapides… Il va falloir faire bouger les tissus !).

Ma it-list anti-capitons : 5 bons réflexes

1 -  Dopez la tonicité des parois veineuses. Vous devez manger des fruits et des légumes crus. Leur vitamine C et flavonoïdes favorisent la circulation sanguine. Riches en fibres et potassium, aux propriétés diurétiques et laxatives, ils évacuent les congestions lymphatiques, drainant le corps des toxines et de l'eau retenue en excès. Aimez les oignons qui purifient efficacement l'organisme des toxines et les fruits les rouges, notamment la myrtille, le cassis, la groseille (un must de la saison) bourrés de vitamine P qui renforce les parois veineuses. Boostez-vous en vitamine E (avocat, amandes, huiles végétales, jaune d’œuf…) aux propriétés veinotoniques. Un coup de pouce en plus ? Les infusions de vigne rouge (elle prend soin des veines et de la circulation sanguine), un verre de vin rouge même. Qui a dit que la diététique était ennuyeuse ?

2- Pensez fluidité du sang, pensez oméga-3. Il y en  a dans l’huile de lin, de colza, les poissons gras (sardines, maquereaux, harengs, saumon...), dans la mâche…

3 - Equilibrez votre balance sodium/potassium, en boostant votre consommation de potassium. Ses meilleures sources sont les aliments frais peu transformés et pauvres en sodium, car la transformation peut avoir un effet sur leur teneur en potassium et inclut généralement un ajout de sel. Les fruits et légumes en sont de très bonnes sources, de même que les légumes et fruits secs, les fruits oléagineux, les champignons, les patates douces. Il y en a aussi dans les viandes, les poissons, les yaourts.

4 – On mange des protéines (animales ou végétales). Pourquoi ? Si le sang ne contient pas assez de protéines, l’'eau qui va naturellement vers les milieux plus concentrés, passe du sang vers les tissus, et n'est pas réabsorbée. Des gonflements peuvent alors apparaître, le plus souvent dans les jambes.

5 - Ne laissez pas les graisses s’installer. Favorisez une alimentation riche en fibres car elles réduisent l’absorption des graisses et glucides (sucres) du repas et limitent la sensation de faim. Vous les trouvez dans les légumineuses, les produits avec une forte teneur en céréales complètes, les fruits et légumes. Une mention spéciale pour le cèleri branche. Certaines de ses substances boostent le déstockage des  graisses. Ses hormones végétales et ses huiles essentielles renforcent la lutte contre les capitons. Le persil a des vertus diurétiques, dépuratives, détoxifiantes, modératrices et cerise sur le gâteau anti-mise en réserve des graisses.

Un coup de pouce en plus ? Consultez les 5 astuces naturelles qui vous aident à fondre avant l'été.

Ma black-list anti-capitons : 5 aliments à limiter

1 – Attention au sel qui retient l’eau dans le corps et naturellement aux produits riches en sel : fromages, charcuteries, les eaux gazeuses (excepté La Salvetat)... 

2 - L'alcool et les épices fortes augmentent la dilatation des veines. Avec modération donc !

3 - Evitez les fritures !

4- Sucres, produits céréaliers raffinés se transforment en graisses corporelles et en plus entretiennent  le côté fibrose en rigidifiant le collagène. Utilisez le livre Le compteur de glucides qui vous permettra de repérer les aliments dont les fruits, les légumes les plus pauvres en sucre.

5 – Les produits industriels bourrés d’additifs et de conservateurs, dérégulent l’appétit et favorisent le stockage de réserves. Les sodas light ? Fuyez ! Leurs additifs et édulcorants sont des  humectants qui favorisent la rétention d’eau.

N’oubliez pas, la cellulite est tenace. À vous de l’être encore plus !

 


 

 

Commentaires

Pour donner votre avis, créez un compte ou connectez-vous.

Par Sereine | le lundi 28 novembre 2016
Merci de me dire avant d

Merci de me dire avant d'acheter vos livres sur le regime cétogène si je peux avec un foie fragile prendre cette alimentation comme base de nutrition. Een plus j'ai une légère résistance a l'insuline. que me conseillez vous ? Autre point avez vous une consultation à Paris et quand et quelle adresse ? Pourquoi ne pas faire un récapitulatif sur le soin à porter au foie dans çe cas-là ? Merci de vos conseils avisés , bonne journée a vous.

Par MAGALI WALKOWICZ | le samedi 28 janvier 2017
http://www.thierrysouccar.com
Par MAGALI WALKOWICZ | le mardi 29 novembre 2016
Bonjour,

Bonjour,

tout dépend de ce que vous entendez par foie fragile. La seule vraie contre-indication au régime cétogène est l'insuffisance hépato-cellulaire.
En consultation, on peut adapter le régime pour ne pas sursolliciter le foie (ratio plus léger, privilégier l'huile de coco, utiliser des huiles crues...) et avec des compléments nutritionnels aider le travail du foie. Il existe plusieurs plantes qui sont un bon soutien pour le foie.
Le régime cétogène (ou même low carb )est intéressant pour vous au titre de la résistance à l'insuline. Je n'ai pas de consultation sur Paris. Pour toute question autour des consultations : contact@mw-dietetique.com.
Je retiens votre idée du récapitulatif du soin à porter sur le foie et mettrai un billet de blog en ligne sur ce sujet courant décembre.

à propos de l'auteur

Mes débuts : des études universitaires en philosophie. Au terme de ce parcours, j’aurais dû embrasser la carrière d’un enseignant en philosophie. Mais avide de liberté, j’ai opté pour le journalisme.

J’ai commencé à écrire des articles pour la presse féminine, passion qui ne m’a pas quittée. Après de multiples écrits dans les thèmes santé, beauté, culture, voyage, nutrition, psychologie, j’ai pris la sage décision de me recentrer sur ma passion : l’alimentation et les avantages qu’elle procure sur la santé, la ligne, la beauté et surtout pour les 3 moments de bonheur qu’elle suscite dans la journée.

Afin de maîtriser mon propos, j’ai entrepris des études de diététicienne et j’ai acquis une expertise de la science du corps humain, de celle des aliments et des techniques culinaires. Toujours à la recherche de nouvelles découvertes diététiques, Je me nourris de littérature scientifique sur le sujet.

En plus des écrits, dont Le guide de la chirurgie de l’obésité, Céto cuisine et Compteur de glucides, parus aux éditions Thierry Souccar, je suis diététicienne en cabinet libéral. Mon intime conviction : quelles que soient les contraintes alimentaires que nous avons parfois à subir, « manger diet, c’est manger bon » !

Voulez-vous en savoir un brin de plus? Je suis accro aux voyages qui m’amènent à plus de 10h de vol de chez moi et c’est aussi difficile de me sortir d’une boutique de thé, que de chez mon chausseur préféré, d’un musée d’art moderne ou de la librairie du coin !

Lire aussi